· 

L'HISTOIRE DE CETTE CHAPELLE FUNERAIRE EN NORMANDIE

Elle est nichée en pleine forêt en Normandie, cette chapelle funéraire vous offre un spectacle architectural à couper le souffle, inédit dans la région, et ce, dans un cadre calme au contact de la nature

 

C'est dans un petit village d'à peine 250 habitants mais qui a pourtant accueilli et inspiré en grand nom de la littérature française et normande : Gustave Flaubert, qu'elle est située. En effet, il vécu ici quelques temps et c'est dans ce village qu'il découvre les fastes de la vie mondaine avec une fête qui avait lieu au château du marquis de Pomereu.

 

Cette fête le marquera et lui inspirera un pan de l'histoire de Madame Bovary : le bal à la Vaubyessard. Si aujourd'hui le château n'existe plus (détruit après la Seconde Guerre Mondiale), la fête demeure chaque deuxième dimanche de septembre : Fête patronale (Nativité de la Vierge Marie).

Revenons à la chapelle qui fut érigée par l'architecte David de Penarum en 1868 et est entièrement faite de briques et de calcaire. Elle fut tout d'abord mise à la disposition de la famille Pomereu d'Aligre, dont les blasons sont présents au dessus du portail, avant d'être cédée à la commune en 1982. 

 

Son campanile, qui était autrefois doré, mesure près de 20 mètres de hauteur sur lequel est posée une lanterne de forme octogonale. Quant au portail, si l'actuel est des plus basiques, il cache en fait le portail d'origine, bien plus joli, au dessus duquel on peut observer une statue de Saint Michel en train de terrasser un dragon. Enfin, de part et d'autre de l'entrée, on y retrouve deux anges sont présents.

 

Si on ne peut malheureusement pas pénétrer à l'intérieur, on sait ce que la chapelle renferme : un double escalier droit sous lequel se trouve la crypte. On peut également apercevoir des sculptures, des mosaïques ou encore des colonnes de marbres.

 

Pour terminer, au sein de ses murs, la chapelle accueille le caveau funéraire en forme de mausolée paléochrétien de la famille Pomereu.


GALERIE PHOTOS :

Écrire commentaire

Commentaires: 0